• Dossier
  • CONCEPTION ARCHITECTURALE ET SENS DES TRANSFORMATIONS EX-POST

    Samia ZENBOUDJI ZAHAF
    Maitre de conférences
    Ecole polytechnique d’architecture et
    d’urbanisme d’Alger, EPAU
    Laboratoire ville, architecture et patrimoine LVAP

    INTRODUCTION

    L’architecture considérée comme vecteur de valeurs génère des modèles d’organisations spatiales qui s’imposent comme produits culturels. Ils sont le reflet de la société qui les a produit et influent sur les comportements spatiaux. Ils sont, de ce fait, porteurs de sens.

  • Dossier
  • DOSSIER: L’habitat au Maghreb. De la projection à l’usage: le compromis est-il possible ?

    par Mohamed MADANI
    Professeur et directeur du LAMAUS
    UST.ORAN M. BOUDIAF

    PRESENTATION

    Pour le sens commun, la ville commence dès que la nécessité de s’abriter et de se loger se fait jour. Sur ce terrain, en Algérie, les perceptions des pouvoirs publics et celles de la majorité de la population se confondent implicitement. Pour les premiers, la straté- gie mise en œuvre depuis les années 1970 a toujours été d’essayer de produire en quantité industrielle des milliers d’unités de logements dans le contexte d’une demande sociale encore insatisfaite…

  • Dossier
  • LA VÉGÉTALISATION DES CITÉS D’HABITAT COLLECTIF EN ALGÉRIE

    par Ammara BEKKOUCHE
    Architecte urbaniste,
    Directrice de recherche CRASC-ORAN

    La question de la végétalisation des cités, se réfère aux théories de l’écologie urbaine qui se situe dans le champ des sciences du vivant (Lionel Charles, 2000) et se définit comme une entité de la culture comprenant le mode de vie des
    gens, leurs idéaux, leurs normes, leurs règles, leurs comportements habituels, etc. (Amos Rapoport,

  • Dossier
  • LECTURE DE L’ÉVOLUTION URBAINE DANS LE TERRITOIRE DES FOGGARAS : CAS DE TIMIMOUN (ADRAR, ALGÉRIE)

    par Abdelkrim DAHMEN
    Architecte, enseignant-chercheur à
    l’Institut d’architecture de Blida

    Durant des siècles, le Sud algérien s’est caractérisé par des systèmes hydrauliques qui conditionnaient la vie dans les oasis. Les conditions hydrogéologiques prédestinent le choix des techniques d’acquisition de l’eau, souvent souterraine. Nous pouvons compter jusqu’à sept systèmes répartis dans les différentes régions. Le système artésien trouve sa prédilection dans l’Oued-Righ et celui appelé « source » se retrouve partout où la résurgence de l’eau s’avère possible.

  • Dossier
  • UNE ALTERNATIVE URBAINE À GHARDAÏA LE PROJET TAFILELT

    par Moussa AMARA
    Directeur technique du Projet Tafilelt Tajdit

    Lauréat du concours Green City Solutions Awards, organisé par le réseau Construction 21 & R20 Med qui œuvre pour la promotion des constructions durables, le nouveau ksar Tafilalt Tajdite constitue un ensemble de plus de…

  • Dossier
  • LA « DOUIRIA » DE KENADSA : Un chef d’oeuvre de l’architecture vernaculaire

    par Ratiba Wided BIARA
    Maitre de Conférences
    Département d’architecture,
    Université Tahri Mohamed de Bechar

    RÉSUMÉ :

    Aux portes du Sahara algérien, Kenadsa, ville qui se greffe sur l’échine des ksour longeant l’oued Saoura, est un fait admirable. En l’espace de quelques siècles, les ksouriens ont agi à l’extrême de leurs connaissances et de leurs savoirs faire, sur un site quasi vierge,

  • Dossier
  • MUTATIONS SOCIÉTALES ET REVALORISATION DE L’ÉCOSYSTÈME OASIEN ET KSOURIEN

    par Abdeljebar LAYACHI
    Enseignant-chercheur,
    LAMAUS/USTO-MB

    L’intégration du ksar à sa nature environnante est si harmonieuse qu’elle nous incite à nous interroger : s’agit-il d’un paysage naturel ou architectural ? Cette particularité apparaît notamment à travers l’état de symbiose que présente le couple palmeraie/ksar. En effet, en admirant ce paysage, nous avons l’impression que le ksar est natif de la terre et de la palmeraie.

  • Dossier
  • LA VILLE SAHARIENNE ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA RECHERCHE

    Par Brahim BENYOUCEF
    ARCHITECTE, PH.D EXPERT

    Pour aborder la ville saharienne, ce sont surtout les enjeux de la recherche que je privilégie dans cette contribution. L’essai s’articule autour de trois questions essentielles : quel est l’état de la recherche sur la ville saharienne, et, dans quelle mesure, cette dernière s’aligne-t-elle avec les enjeux sahariens ? Quelle place, la ville saharienne occupe-t-elle dans l’espace de la recherche,

  • Dossier
  • VILLES SAHARIENNES: AUTODESTRUCTION DU LOCAL OU PROJET URBAIN ALTERNATIF ?

    Présentation par Mohamed MADANI

    Aller à la découverte de la ville implique, comme l’ont fait les pionniers de la recherche urbaine1 , s’aventurer dans de nouveaux espaces pour retrouver la diversité, la différenciation et l’altérité des œuvres urbaines. MADINATI a choisi, pour le dossier de ce numéro 4, de s’engager dans cette voie en partant à la quête de l’extrême et de l’inattendu : les villes du désert.
    Dans le contexte d’un regain d’intérêt pour les « villes sahariennes » ,