LES CAFÉS DE L’ARCHITECTURE DU SYNAA, 2ÈME ÉDITION

synaa

Par MOHAMED MADANI & TAHRAOUI DJILLALI

Représentée par Djillali Tahraoui et Mohamed Madani, la revue MADINATI était présente le Samedi 19 novembre 2016, à la deuxième édition “Les cafés de l’architecture du SYNAA”, tenue au palais Moufid Zakaria à Alger.

Réunis autour de la thématique de l’habitat en Algérie et de sa complexité, les intervenants de pro ls variés (architecture, urbanisme, sociologie, économie, philosophie, entreprenariat dans le domaine de l’habitat) ont focalisé leurs discours sur la production en masse par l’État des grands-ensembles de logements collectifs.

Améziane FERHANI (écrivain et journaliste d’El-Watan), modérateur, a assuré la direction des plateaux constitués autour de quatre grands axes :

1.       Notre habitat, un système complexe, essentiellement culturel, un sujet intime animé par Mourad Bouzar, enseignant à l’école nationale des beaux arts, Madani Safar-Zitoun, sociologue, Razika Adnani, philosophe ;

2.       L’habitat, un moteur des politiques de développement culturel, social et économique (Abdelkrim Boudraa, économiste, Brahim Hasnaoui, entrepreneur et Président du groupe éponyme) ; Khaled Drarni journaliste

3.       L’habitat en Algérie, une histoire à rappeler (Hamid Ould Hocine, architecte, Tew k Guerroudj, architecte- urbaniste).

4.       L’habitat à la croisée de l’Enseignement et de la pratique (Tarek Benmohamed, architecte et enseignant universitaire ; Larbi Merhoum, architecte).

Intervenant en premier, Mourad Bouzar met l’accent sur l’échec des politiques quantitativistes de production en masse des logements collectifs menées depuis les années 1970 en pointant les pratiques de réappropriation par les habitants de leur espace habité. Pour dépasser ce con it, il marque la nécessité de connaître les traits culturels des futurs béné ciaires des logements livrés en relevant les di érents niveaux du rapport à l’espace (perçu, pensé, dessiné, et vécu) et leurs corrélations.

De son côté, Razika Adnani approfondit cette dimension culturelle essentielle à travers une ré exion sur le rapport intérieur /extérieur et sa con guration di érentielle dans l’habitat traditionnel algérien et les logements standards.